Paysages de Mégalithes de Carnac et du Sud Morbihan

Actualités

21 janvier 2015

Portrait de Jacques Buisson-Catil

Conservateur en chef du patrimoine, il veille notamment à la protection des alignements de Carnac, du site des mégalithes de Locmariaquer ou du cairn de Barnenez, dans le Finistère.

                           

Dès son plus jeune âge, passionné d’archéologie, Jacques Buisson-Catil a gratté le sol pour fouiller des sépultures d’une abbaye près de Montpellier. Devenu préhistorien, il est aujourd’hui conservateur en chef du patrimoine. En tant que gestionnaire de plusieurs sites, il a pour mission de résoudre la difficile équation entre assurer leur bonne conservation et offrir à tous les visiteurs le plaisir de découvrir ces blocs dressés, la puissance qui s’en dégage et la beauté de leur environnement. 

Aujourd’hui, il aime se balader parfois tôt le matin, parfois plus tard le soir, à travers ces rangées de pierres. “Par moment, c’est magique, c’est étonnant car, même si nous pouvons apporter de nombreuses réponses aux visiteurs quant aux peuples du néolithique et à cette intrigante période de l’histoire humaine, on ne cesse de s’interroger sur le pourquoi. Pourquoi de tels blocs ? Pourquoi à cet endroit ? Ils révèlent indéniablement un grand projet architectural, voire territorial. Les néolithiques n’ont pas pu ériger de telles pierres sans raison, simplement parce qu’ils avaient du temps à perdre”, souligne-t-il.

Chaque époque a vécu et porté un regard singulier sur les sites mégalithiques. L’exposition “Un siècle de pierres”, aujourd’hui proposée par le CMN, le Centre des monuments nationaux, à Carnac, invite à parcourir les alignements à travers la multiplicité des regards de cet étonnant voyage photographique. Elle vient également célébrer l’engagement depuis cent ans du CMN dans la gestion et la préservation de ce site emblématique. Les deux clichés présentés ci-contre et sélectionnés par Jacques Buisson-Catil viennent, selon lui, confirmer le rôle de la photographie comme puissant vecteur d’appropriation et de partage du patrimoine.

Jacques Buisson-Catil livre son éclairage sur deux images extraites de l’exposition “Un siècle de pierres” présentée à Carnac et à Locmariaquer l'été dernier.

                              

                                        © Patricia Le Borgne - Contraste

“Cette photo exprime la symbiose qui peut s’instaurer entre le site des alignements et ses visiteurs, au fil des âges et à tous les âges. Que ce soit dans le cadre de visites conférences ou d’ateliers pédagogiques auprès du jeune public, ces visites offrent des moments privilégiés pour pleinement s’immerger et s’imprégner du site, et mieux découvrir notre préhistoire. C’est avec un talent dénué de malice, que le cliché de Patricia Le Borgne rappelle que les alignements de Carnac sont perçus comme un lieu patrimonial d’expériences photographiques ludiques et esthétiques, comme un moteur pour tous les imaginaires et insignes dont la connaissance et la protection incombent à tous.”

                                                             ◊◊◊

                                

                            © Philippe Berthé / Centre des Monuments Nationaux

"Ce cliché de Charles-Paul Furne (1824-1875), éditeur et photographe, donne à voir les alignements du Ménec tels qu’ils se présentaient en 1857, trente-deux ans avant leur protection au titre des monuments historiques. Il nous plonge, plus d’un siècle et demi en arrière, à l’intérieur d’un instant préservé, immortalisé par l’acte photographique. Image riche, image qui porte en elle un monde différent, regard singulier sur les êtres et les choses, changement de perspective à laquelle l’observateur est invité à considérer. Tout exprime ici à la fois la vérité et le mystère de ces deux hommes au cœur de ce champ de menhirs. L’un est assis, l’autre debout, comme ces immenses blocs se trouvent eux-mêmes dressés et couchés. Je retiendrai le témoignage archéologique de ce cliché, éminemment précieux pour la connaissance de l’histoire complexe de monuments millénaires, dont la signification nous échappe encore pour une large part.”