Paysages de Mégalithes de Carnac et du Sud Morbihan

Connaître

Les sites

Le Bono

Le Rocher tumulus, Kernours

Composé d’un grand tumulus et de nombreuses tombelles, le site de Kernours est à proximité de la rivière d’Auray. 

Aussi appelé "Le Rocher er Paluden" (du BretonPaluden : Marécage), ou "Tumulus du Rocher Pointe er Boursul".

Les Tombes de Kernours (ou Kernourz)

Organisant leur territoire, les cultures sédentarisées du Néolithique (5000 à 2000 ans avant J.C.) distinguent leurs lieux de vie des lieux réservés aux morts.

Le Tumulus du Rocher

Cette architecture funéraire se compose d’une longue chambre coudée développée sur 18 mètres. Les 36 piliers supportant 14 tables de granite sont recouverts d’un imposant tertre tumulaire constitué de pierre et de terre.

Un monument vieux de plus de 5 000 ans

La particularité de cette tombe à inhumations collectives tient à son plan coudé : identique à quelques monuments localisés sur la bordure littorale entre l’estuaire de la Loire et l’embouchure du Blavet. Leur architecture spécifique apparaît vers la fin du IVème millénaire avant J.C. . La présence d’une poterie du type Conguel dans l’espace funéraire indique une fréquentation du tombeau vers le milieu du IIIème millénaire avant J.C..

Il est très difficile d’imaginer le nombre des corps déposés dans l’espace funéraire. Le taux d'acidité des sous-sols permet rarement la conservation des squelettes aussi anciens. Cependant, ce type de sépulture collective ayant été utilisé durant près d’un millénaire, on doit se résoudre à imaginer son accès réservé à une élite de la société. La sépulture se trouvait alors condamnée après chaque visite.

Une chambre décorée de gravures

Sur la paroi de gauche, le douzième pilier garde en sa partie supérieure les restes d’une gravure en écusson. Face à celui-ci - sur la paroi opposée - une lumière rasante révèle un décor du même style.

Une nécropole utilisée sur plusieurs millénaires

Près de 2 500 an plus tard les cultures de l’Age du Fer viendront placer plusieurs tombelles à proximité tumulus du Rocher, l’importance de ce monument ayant désigné cette lande comme nécropole.

A l’origine, chaque tombe offrait l’aspect d’une structure circulaire marquée par une maçonnerie de pierre sèche dont la hauteur pouvait atteindre un mètre. Au centre se trouvait placé le réceptacle des restes humains dans un coffre de pierre. L’ensemble était alors recouvert d’un dôme de terre permettant à chacune des sépultures de culminer entre trois et quatre mètres.

Parmi les autres découvertes effectuées sur ce lieu, il faut noter la présence d’un dépôt contenant vingt quatre bracelets en bronze. Quelques-unes de ces pièces sont visibles au musée de Préhistoire de Carnac et au musée d’Archéologie de la Ville de Vannes.

Yannick Lecerf, Conservateur du Patrimoine Honoraire